Explorer :

Dans un magasin de matériel graphique, en passant devant le rayon des pinceaux, il m’est toujours difficile de ne pas m’arrêter pour passer les doigts sur les brosses soyeuses. Cette fois je suis tombée sur un pinceau étonnant : à peine deux millimètres de diamètre pour 5 centimètres de longueur.

N°4 - Manet France - 1190 - nylon doré - 3 103780 11 9041. Intriguée par cet outil plutôt disproportionné, je décide de l’acquérir et d’en faire un sujet d’expérimentation. J’ai découvert ensuite que cet outil s’appelle un pinceau à tracer (ou pinceau traînard) et permet de tracer de belles lignes droites. La longueur du pinceau a beaucoup modifié le geste auquel je suis habituée lorsque je manipule un pinceau. Le trait est beaucoup plus difficile à contrôler. Lorsque le geste suit l’alignement des poils, le trait est très fin, dès que le geste tourne un peu brusquement, le trait s’élargit drastiquement. Il est difficile de prévoir le comportement de la pointe du pinceau, très éloigné de la main. Le trait qui en résulte présente des variations d’épaisseur importantes et m’a instinctivement paru propice à représenter des végétaux : d’un seul geste, une feuille apparaît, sans nécessité d’en tracer le contour puis d’y appliquer une teinte. Est-ce que les outils graphiques contiennent en eux une manière de tracer qui détermine ce qui va être tracé ?  Comme Rodin disait extraire du marbre une figure déjà présente, emprisonnée dans la pierre, est-ce que le choix de l’outil graphique détermine à l’avance ce qui va être représenté, si l’on fait l’effort d’être à l’écoute de cet outil de ce qu’il contient en puissance ?

format

Support

Outils

Temporalité

Itérations

 

A3

papier à dessin 120gr

pinceau à tracer

quelques minutes par itérations

13